Dans le cadre du Développement Durable, la municipalité poursuit son expérimentation en utilisant des produits issus de la culture biologique pour l'élaboration de menus du restaurant scolaire.

A la suite du 26 mars où les enfants avaient pu bénéficier d’un repas bio, le maire Alain Delhoume et Bernadette De Angeli adjointe en charge des affaires scolaires avaient invité à l'occasion de ce deuxième repas bio les représentants des parents d'élèves de la maternelle et de l'élémentaire au restaurant scolaire.

RepasBioJuinEn présence de représentant du groupement des agrobiologistes du Limousin (GABLIM), de Jean Fissot éleveur de bovins de Veyrac et exploitant sur la commune, les convives ont pu se familiariser avec les particularités de l'agriculture biologique. Certification, contrôle, traçabilité, circuits de distribution, coût de production furent l'objet d'échanges riches et approfondis entre professionnel de la filière et consommateurs. La municipalité, s'appuyant sur le Grenelle de l’environnement qui fixe des objectifs ambitieux pour l’utilisation de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective (20% de bio en 2012), souhaite poursuivre d'une manière raisonnée cette expérimentation sur la prochaine année scolaire 2010/2011, en recherchant des producteurs locaux.

Les produits cuisinés et servis vendredi 04 juin ont été fournis par l’association de producteurs «Manger bio Limousin» en entente avec GABLIM crée en 1990 afin de développer et de pérenniser l’agriculture biologique et biodynamique sur la région. Cette association s’engage à respecter les fondamentaux en matière de production issus de la réglementation du 01 janvier 2009 qui s’applique à toute l’Europe: rotation des cultures, lutte biologique, bien être animal, interdiction d’employer des pesticides chimiques de synthèse et des engrais chimiques, interdiction d’utiliser les OGM, système de contrôle indépendant à tous les niveaux du producteur au distributeur.

A noter que le marché des produits biologiques dans la restauration collective est un marché pionnier qui commence tout juste son développement sur le Limousin notamment en Haute Vienne, et qu'il n'est pas sans conséquence sur le prix des repas.