Comme chaque année, les élus de Peyrilhac, Saint-Gence et Veyrac se sont retrouvés afin de perpétuer la tradition de coopération, d’entraide et d’amitié qui caractérise les trois « communes sœurs ». Cette année, la rencontre s'est tenue à l'initiative de la municipalité de Peyrilhac.

RencontrePeyrilhacStGenceVeyracBRNos trois communes qui sont souvent citées en exemple, forment en effet, à l’intérieur de l’agglomération de Limoges-Métropole une mini - intercommunalité : elles partagent une syndicat dédié à l’enfance, la petite enfance et l’adolescence (le SIEPEA), qui compte notamment une halte-garderie, un centre de loisirs sans hébergement et un relais assistantes maternelles.

Les structures développées ces dernières années avec Limoges Métropole (déchetterie, zone artisanale) ont permis un développement harmonieux et concerté des trois communes.

Un principe de mutualisation des moyens a été expérimenté depuis quelques mois au niveau de la voirie et se révèle être un franc succès. Ce sont les mêmes machines et du personnel issu des trois communes qui oeuvrent désormais pour le gros entretien.

Nancette Mazière, Alain Delhoume et Didier Rateau, les trois maires, ont fait part de leurs inquiétudes, liées aux contraintes budgétaires qui pèsent de plus en plus sur les petites communes et qui nécessitent plus que jamais la cohésion locale. Ils ont aussi montré leur optimisme, constatant les liens toujours forts qui unissent Peyrilhac, Veyrac et Saint-Gence.

La rencontre a été l’occasion d’évoquer les projets qui pourraient à l’avenir réunir les trois communes : le dossier « gymnase », la stimulation d’une vie associative intercommunale, une réflexion sur le développement des transports et l’évolution des mobilités inter-urbaines.

Les enjeux sont donc nombreux pour ces communes dynamiques, qui ont connu entre les deux derniers recensements d’importants gains de population. Cette rencontre qui démontre la volonté de ces communes de poursuivre dans la mutualisation des moyens s’est poursuivie autour d’un repas convivial au restaurant « L’Abreuvoir » à Conore.